Qu’est-ce que la psychomotricité ?

Les secteurs d’activités

Le psychomotricien peut exercer dans différents types d’établissements publics ou privés. En voici une liste non-exhaustive :

  • les services hospitaliers publics : néo-natalité, puériculture, pédiatrie, pédopsychiatrie, psychiatrie adulte, neurologie, gériatrie, les centres médico psychologiques (CMP),
  • les crêches,
  • les instituts médico éducatifs et médico professionnels (IME, IMPro),
  • les établissements ou service d’aide par le travail (ESAT encore couramment appelés Centre d’aide par le travail,CAT),
  • les centres de rééducation ou de réadaptation,
  • les centres de cure
  • les centres médico psycho pédagogiques (CMPP)
  • les établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD).

 

Définitions

Définition de l’Association

- « La psychomotricité est une discipline qui se propose d’étudier et d’utiliser à des buts éducatifs ou thérapeutiques, les influences et les intégrations des sensations et des émotions dans l’unité physicopsychique du sujet ».

  • Définition de l’Association Française des Etudiants et Professionnels en Psychomotricité AFEPPhttp://afepp.free.fr/

- Une lecture spécifique
- « L’homme est un être de relation. Ainsi, à chacune de ses réactions, correspond un mode d’être particulier, qui engage une posture, une certaine tension du corps, un regard, un sourire. Le concept psychomoteur, s’appuie sur la notion d’unité de l’être humain : corps, motricité, intelligence, affectivité forment un tout indissociable.
- L’exemple de la marche nous montre d’un point de vue psychomoteur, que l’homme effectue un subtil jeu d’équilibres et de déséquilibres par le mouvement de ses jambes, sa démarche est personnelle et fonction de son état tonique et émotionnel, de sa motivation à se déplacer, de l’appréciation de la distance et du temps qui règlent son pas.
- La psychomotricité se définit par son mode d’approche original de la personnalité globale, replaçant sans cesse le corps en relation dans son champ d’action, et articulant la réalisation motrice et l’expression psychique. Dans cette perspective unitaire, en agissant sur le versant moteur, on s’adresse, aux fonctions intellectuelles, à la pensée, à l’état émotionnel ; à la conscience de soi, aux relations entretenues par chacun avec son environnement ».

- Une pratique personnalisée
- « La pratique psychomotrice comprend 3 axes : l’éducation, la rééducation et la thérapie. Le point commun de ces différentes approches est l’abord corporel qui donne une place privilégiée au corps, une présence, favorisant la connaissance de soi, de ses capacités et de ses limites. Grâce au grand choix de techniques gestuelles et corporelles dont dispose le psychomotricien, la pratique est adaptée à chaque patient. Dans un climat émotionnel favorable, le vécu corporel est un vecteur pour aider la personne à mieux se sentir, s’accepter, afin que se développe ce qui est positif et existant chez elle. La thérapeutique vise à établir une aisance et une harmonie corporelle, lui permettant de mieux se situer dans l’espace, le temps, dans ses relations aux autres et à l’environnement.

- Soutenant un remaniement des moyens d’expression et de communication de son patient, le psychomotricien contribue à une amélioration de ses facultés d’adaptation et à une harmonisation des ses modes de relation avec autrui ».

- « La psychomotricité est une discipline qui vise à construire, reconstruire ou consolider le lien qui existe entre le corps et le psychisme afin de permettre à l’individu de s’adapter harmonieusement à son milieu. Elle s’adresse à des personnes ayant du mal ou n’arrivant plus à établir ce lien suite à des difficultés neurologiques, psychologiques, psychiatriques, psycho-affectives… Il s’agit d’une approche globale de la personne où les interactions entre la motricité (tonus, postures, mouvements…) et le psychisme (émotions, compréhensions, imagination, intention, inconscient…) sont constantes. Le psychomotricien, en utilisant le corps, l’espace et le temps, propose des techniques permettant à la personne de mieux connaître son corps et son environnement immédiat et d’y agir de façon adaptée ».

- « Le psychomotricien agir sur le corps pour rétablir les fonctions physiques, mentales et affectives entravées. Il aide sont patient à trouver ou à retrouver un équilibre, à mieux prendre conscience de son corps, à le maîtriser, à en faire un instrument capable de s’exprimer et de communiquer. Son travail relève aussi bien de la rééducation que de la thérapie ».

  • Qu’est-ce que la psychomotricité et quelles sont ces vertus ? http://accompagnerlavie.net(Rechercher : entretien avec Stéphanie Quatrehomme)

- « La psychomotricité permet donc par l’intermédiaire du corps d’intervenir sur les fonctions mentales, affectives et motrices de la personne, afin d’harmoniser les relations qu’elle entretient avec elle-même et son environnement. Elle peut donc être définie comme une thérapie à médiation corporelle ».

- « Le psychomotricien, auxiliaire médical, est formé à diverses approches, techniques et méthodes destinées à solliciter le patient dans son corps et instaurer avec lui une relation thérapeutique.
- La spécificité du psychomotricien réside dans l’attention et le sens donné aux manifestations corporelles du patient avec son environnement.
- La relation thérapeutique amène le patient à un mieux être donc à une adaptation optimale dans le cours de son existence qu’il soit ou non porteur d’un handicap.

- La thérapie psychomotrice a une action globale qui utilise les possibilités de mouvement du corps, d’expression et de relation. Elle vise l’harmonie des fonctions motrices et psychiques prenant en compte les dimensions : corporelle, cognitive, affective et identitaire. Elle s’adresse à l’individu dans sa globalité et lui permet de restructurer l’ensemble de sa personnalité ».

- « La psychomotricité est l’intégration des fonctions mentales et motrices sous l’effet de l’éducation et du développement du système nerveux.

Corps et esprit sont considérés, aujourd’hui, comme solidaires et unis. La psychomotricité est une approche du sujet humain et de ses rapports au corps. C’est une technique carrefour où se croisent de multiples points de vue qui utilise les acquis de nombreuses sciences (biologie, psychologie, psychanalyse, sociologie, …). De plus, c’est une thérapie qui se propose de développer les facultés expressives du sujet ».

 

 

Décret n° 88-659 du 6 mai 1988 relatif à l’accomplissement de certains actes en rééducation psychomotrice.

 

Le Premier Ministre,

Sur le rapport du Ministre des Affaires Sociales et de l’Emploi,

Vu le code de la Santé Publique, notamment l’article L. 372,

Vu le décret n° 74-112 du 15 février 1974, modifié notamment par le décret n° 85-188 du 7 février 1985 portant création du diplôme d’Etat de psychomotricien,

Vu l’avis de l’Académie nationale de médecine,

Le Conseil d’Etat (section sociale) entendu,

Décrète :

Article 1.

Les personnes remplissant les conditions définies aux articles 2 et 3 ci-après sont habilitées à accomplir, sur prescription médicale et après examen neuropsychologique du patient par le médecin, les actes professionnels suivants :

1. Bilan psychomoteur.

2. Education précoce et stimulations psychomotrices.

3. Rééducation des troubles du développement psychomoteur ou des désordres psychomoteurs suivants au moyen de techniques de relaxation dynamique, d’éducation gestuelle, d’expression corporelle ou plastique et par des activités rythmiques, de jeu, d’équilibration et de coordination :

– retards du développement psychomoteur,

– troubles de la maturation et de la régulation tonique,

– troubles du schéma corporel,

– troubles de la latéralité,

– troubles de l’organisation spatio-temporelle,

– dysharmonies psychomotrices,

– troubles tonico-émotionnels,

– maladresses motrices et gestuelles, dyspraxies,

– débilité motrice,

– inhibition psychomotrice,

– instabilité psychomotrice,

– troubles de la graphomotricité à l’exclusion de la rééducation du langage écrit.

4. Contribution, par des techniques d’approche corporelle, au traitement des déficiences intellectuelles, des troubles caractériels ou de la personnalité, des troubles des régulations émotionnelles et relationnelles et des troubles de la représentation du corps d’origine psychique ou physique.

Article 2.

Peuvent accomplir les actes professionnels énumérés à l’article 1er les personnes titulaires du diplôme d’Etat de psychomotricien.

Article 3.

Peuvent également accomplir les actes professionnels énumérés à l’article 1er les salariés ayant exercé, à titre principal et dans les conditions fixées à l’article 1er, l’activité de psychomotricien pendant au moins trois ans au cours des dix années précédant la date de publication du présent décret et qui auront satisfait, dans les trois ans suivant cette date, à des épreuves de vérification des connaissances.

Les modalités d’organisation, la nature du contenu de ces épreuves ainsi que la composition du jury sont définies par arrêté du ministre chargé de la santé pris après avis du Conseil supérieur des professions paramédicales.

Article 4.

Le ministre des affaires sociales et de l’emploi et le ministre délégué auprès du ministre des affaires sociales et de l’emploi, chargé de la santé et de la famille, sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent décret qui sera publié au Journal Officiel de la République Française.

Fait à Paris, le 6 mai 1988

Jacques CHIRAC

Par le Premier Ministre

Le Ministre des affaires sociales et de l’emploi

Philippe SEGUIN

Le Ministre délégué auprès du

Ministre des Affaires Sociales et de l’emploi

chargé de la santé et de la famille

Michèle BARZACH